Measuring Sound In Weather Conditions

L’impact des conditions météorologiques sur les mesures du bruit environnemental

Le client veut son rapport pour la semaine prochaine et vous attendez que les conditions météorologiques soient favorables avant de pouvoir commencer les mesures. Dans la pratique, vos exigences en termes de météo sont difficiles à satisfaire, d’autant plus lorsque vous avez un délai à respecter. Il n’est donc pas rare de faire abstraction de ce paramètre, et d’adopter une approche pragmatique.

SLM Buyers guideTÉLÉCHARGEZ LE LIVRE BLANC:
DU SONOMÈTRE À LA CAMÉRA ACOUSTIQUE

Un certain nombre de facteurs météorologiques et atmosphériques, variables dans le temps, se combinent et influencent la propagation du son. De fait, les résultats de mesures en un endroit donné et à un instant donné, dépendent des conditions météo.

Fort d’une expérience de terrain, cet article évoque d’un point de vue pratique, l’impact des conditions météorologiques sur les niveaux sonores, et l’importance de ces phénomènes dans les mesures de bruit.

THÉORIE DE LA PROPAGATION DU BRUIT

Le bruit est une onde sonore qui, en milieu isotrope, rayonnera de façon identique dans toutes les directions depuis sa source. Tout naturellement les niveaux de bruit entre la source et le récepteur diminue au fur et à mesure que la distance entre les deux augmente. Sans aucune perturbation atmosphérique, le bruit diminue alors de 6 dB par doublement de distance. Cette loi se vérifie tant que les phénomènes, décrits ci-dessous, n’interfèrent pas.

Noise levels decrease as the distance increases between the source and the receiver

Fig. 1

DISTANCE DEPUIS LA SOURCE VERS LE RÉCEPTEUR

Le facteur le plus important à considérer est la distance entre la source et le récepteur. Dans de nombreux cas d’évaluations de bruit extérieur, les récepteurs sonores sont positionnés à proximité de la source de bruit, les phénomènes météorologiques n’auront alors que peu d’impact. Mais comment évaluer cette « proximité » ? Il n’y a pas de règle absolue, mais la norme ISO 1996-2:2007 propose une formule et un tableau permettant de calculer l’incertitude résultante, de la hauteur de la source et du récepteur, et, de la distance entre la source et le récepteur.

Distance from source to receiver table

VITESSE ET DIRECTION DU VENT

La vitesse et la direction du vent, même sur de courtes périodes de temps, sont des facteurs importants qui ont une influence sur les mesures. Le vent soufflant depuis la source de bruit dans la direction du point de mesure augmente les niveaux de bruit, et plus le vent est fort, plus l’impact est important. La puissance du vent peut être telle qu’elle devient la source sonore dominante. La législation impose donc des limites ou formule des recommandations quant aux vitesses et directions de vent.

GRADIENTS DE VENT

Les gradients de vent sont causés par le frottement entre le sol et l’air. La vitesse du vent augmentant avec l'altitude, l’incurvation des ondes sonores s’effectue vers le sol. Il en résulte des baisses de niveaux de bruit allant jusqu’à -20 dB et plus en fonction de la distance à la source et suivant que l’on mesure par vent portant latéralement ou par vent contraire. Voilà pourquoi on préférera mesurer par vent portant pour minimiser ces atténuations.

GRADIENTS DE TEMPÉRATURE

Les gradients de température dans l’atmosphère influencent également la propagation du bruit sur de longues distances (Figure 3). Lors d’un après-midi ensoleillé, la température est plus chaude au sol et diminue avec l’altitude. L’incurvation des ondes sonores s’effectuera vers le haut, loin du sol, ce qui a pour effet de réduire le niveau de bruit à la position de l’auditeur. Le soir venu, ce gradient s’inverse, la température est plus fraîche au niveau du sol. Ce phénomène, souvent nommé « inversion de température », induit une incurvation des ondes sonores, vers le bas et un niveau de bruit plus élevé à la position de l’auditeur. De la même manière que les gradients de vent, les gradients de température peuvent influencer la propagation sonore sur de longues distances.

Temperature gradients

Figure 2: Effet des gradients de température - scénarios typiques en journée et en soirée soir. Bruit dans l’environnement, Brüel & Kjær 2001

ATTÉNUATION PAR ABSORPTION ATMOSPHÉRIQUE

Nous avons tous entendu un concert de loin : les hautes fréquences sont atténuées et seules quelques basses fréquences étouffées arrivent à nous parvenir. L’atténuation par l’absorption atmosphérique est un phénomène physique qui filtre les ondes sonores dans l’air. La figure 4 illustre cet effet. Dans la plupart des évaluations de bruit dans l’environnement ce facteur est négligeable au regard des distances et fréquences de mesure.

Attenuation of sound in air as a function of distance and frequency

Figure 3: Atténuation du son dans l’air en fonction de la distance et de la fréquence Bruit dans l’environnement, Brüel & Kjær 2001

TEMPÉRATURE ABSOLUE ET HUMIDITÉ

slm-icon-3-2245DE SIMPLE À AVANCÉ
SONOMÈTRES AUX VIBROMÈTRES

La température et l’humidité impactent également les mesures acoustiques. Pour une température de 15 ºC, une diminution de l’humidité relative passant de 80% à 20% diminuerait le niveau sonore de 3 dB (à 1 000 Hz) pour un auditeur placé à 800 m de la source de bruit. Bien que le taux d’humidité change lentement, c’est un phénomène qui affecte la répétabilité de la mesure.

Pour une humidité relative de 80%, une augmentation de la température passant de 15 ºC à 30 ºC diminuerait de 3 dB (à 1 000 Hz) le niveau sonore à 800 m de la source de bruit. De telles variations de température sont fréquentes sur une période de 24 heures.

Les exigences relatives aux moyens de traiter les conditions météorologiques dans le cadre de mesures de bruit dans l’environnement, varient en fonction des Normes. Nous vous conseillons de vous référer à la législation en vigueur dans votre pays pour plus d’informations.